Les actions de la politique de la ville

La cohésion sociale

 

Les associations réalisent un travail essentiel pour faire vivre le lien social au quotidien dans les quartiers prioritaires. Dans le cadre de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers, lancée en 2017, le président de la République s’est engagé à ce que l’Etat soutienne les associations de proximité, à travers la sanctuarisation des crédits politique de la ville et la création de postes d’adultes-relais et de postes Fonjep.

Les adultes-relais et les postes Fonjep : des dispositifs pour les associations de proximité

Le dispositif des adultes-relais

La médiation sociale est aujourd’hui reconnue comme un mode efficace de résolution des tensions et de mise en relation entre les populations des quartiers et les institutions.

La création de postes d’adultes-relais est destinée à améliorer les relations entre habitants et services publics, ainsi que les rapports sociaux dans les espaces publics ou collectifs des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Leur plus-value réside dans leur connaissance fine des acteurs du territoire, leur aptitude à toucher les personnes isolées et « invisibles » par une démarche « d’aller vers », et leur position de tiers extérieur neutre qui leur permet de renouer la communication entre les personnes ou entre les personnes et les institutions.

Actuellement, 190 postes d’adultes-relais – dont les employeurs bénéficient d’une aide de l’État – sont déployés dans les quartiers prioritaires valdoisiens, dont 113 ont été attribués en 2019, sur les 1 000 postes ouverts par le Gouvernement. Ce dispositif de médiation sociale constitue l’un des principaux leviers de la politique de la ville.

Le montant de la subvention pour un poste d’adulte-relais s’élevait, en 2019, à 19 639 €.

Encadré / infographie : Les missions des adultes-relais consistent à :

  • Accueillir, écouter, exercer toute activité qui concourt au lien social ;
  • Informer et accompagner les habitants dans leurs démarches, faciliter le dialogue entre services publics et usagers, et notamment établir des liens entre les parents et les services qui accueillent leurs enfants ;
  • Contribuer à améliorer ou préserver le cadre de vie ;
  • Prévenir et aider à la résolution des petits conflits de la vie quotidienne par la médiation et le dialogue ;
  • Faciliter le dialogue entre les générations, accompagner et renforcer la fonction parentale par le soutien aux initiatives prises par les parents ou en leur faveur ;
  • Contribuer à renforcer la vie associative locale et développer la capacité d'initiative et de projet dans le quartier et la ville.

En savoir plus 

Les postes Fonjep

Les postes Fonjep sont des subventions versées par l’intermédiaire du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) pour le compte de l’État, à des associations loi 1901 de jeunesse et d’éducation populaire. Ces aides permettent de développer et de pérenniser un projet associatif dont la réalisation nécessite l’emploi d’un salarié permanent qualifié. Elles sont attribuées pour 3 ans renouvelables deux fois.

Ce dispositif vient essentiellement en appui des projets associatifs liés aux loisirs éducatifs des jeunes, à l’action sociale (foyers de jeunes travailleurs, centres sociaux), à la culture, aux actions dans les QPV, à l’engagement associatif (centres de ressources et d’information des bénévoles), etc.

Au total, les quartiers prioritaires valdoisiens disposent de 58 postes de coordonnateurs associatifs, dont 50 ont été attribués en 2019.Le montant des subventions a été défini à 7 164 € en 2019.

Les subventions versées au titre de la politique de la ville doivent être affectées uniquement à des structures associatives soit issues des QPV, soit développant des projets en faveur de leurs habitants. Elles peuvent également être attribuées à des associations départementales, régionales ou nationales développant des projets au profit des habitants des quartiers prioritaires.

Pour en savoir plus

Fonjep.org

#TremplinAsso : un appel à manifestation d’intérêt pour les associations nationales structurantes

Pour soutenir le travail des associations qui participent activement à la cohésion sociale et territoriale dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, le Gouvernement a mobilisé un fonds complémentaire pour les associations nationales structurantes. C’est pourquoi il a lancé, en février 2019, l’appel à manifestation d’intérêt « Tremplin Asso », doté de 45 M€ pour trois ans afin de déployer les actions des associations lauréates à plus grande échelle.

L’appel à manifestation d’intérêt a permis d’identifier 44 associations solides, qui mènent des actions remarquables ayant fait leurs preuves, et qui sont capables de les développer dans de nouveaux quartiers. Elles bénéficient actuellement d’un accompagnement de trois ans pour professionnaliser leur métier et s’inscrire dans une dynamique nationale et locale. Ces acteurs travaillent avec les préfets, les élus et tout l’écosystème associatif local pour affiner et adapter leurs projets aux besoins du quartier.

Sur les 44 associations lauréates de « Tremplin Asso », 16 sont présentes dans le Val-d’Oise. Elles mènent des actions en faveur des habitants des quartiers populaires sur des thématiques très diverses telles que l’éducation, l’insertion professionnelle ou la citoyenneté.

Encadré / infographie : Les associations nationales structurantes présentes dans le Val-d’Oise

  • La Zone d’Expression Prioritaire (ZEPZone d'éducation prioritaire Zone d'environnement protégé)
  • Enactus
  • Fête le Mur
  • France Médiation
  • Mozaïk RH
  • RAID Aventure Organisation
  • Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Physique
  • Association française des petits débrouillards
  • Association nationale des compagnons bâtisseurs
  • Centre Egalité des chances de l’ESSEC
  • Rêv’Elles
  • Unis-Cité
  • VOISIN MALIN
  • LE POLE S
  • Réseau Môm’artre
  • Adie

Pour en savoir plus

# TremplinAsso

L’annuaire TremplinAsso format PDF

L’accès à la culture dans les QPV

L’accès à la culture, aux pratiques artistiques et culturelles ainsi que l’expression citoyenne sont des objectifs structurants pour la politique de la ville, car ils ouvrent les quartiers prioritaires, contribuent à améliorer l’image de ces quartiers et participent à l’émancipation de chacun.

L’tat se mobilise aux côtés des collectivités territoriales et des structures culturelles éducatives et sociales pour accompagner le potentiel créatif des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Les actions soutenues s’adressent en particulier aux enfants et aux jeunes.

Les Micro-Folies : une offre culturelle unique

Les Micro-Folies ont été imaginées en 2017 par l’établissement public du Parc de la Grande Halle de La Villette. Ce sont des espaces modulables de démocratie culturelle et d’accès ludique aux œuvres des plus grands musées nationaux qui intègrent un musée numérique, un fab lab, un espace de réalité virtuelle, une scène, ou encore un espace de convivialité. Les Micro-Folies permettent aux visiteurs de se situer des deux côtés de la création en étant à la fois spectateur et créateur.

Cette initiative fédère et mobilise 12 institutions et musées nationaux (le musée du Louvre, le musée du Quai Branly-Jacques Chirac, le Château de Versailles, le musée Picasso, la Cité de la musique-Philharmonie de Paris, l’Institut du Monde Arabe…) dont les chefs d’œuvre sont à découvrir dans une galerie d’art virtuelle, sous forme numérique (tablettes, écrans géants, réalité virtuelle).

Les Micro-Folies peuvent s’implanter dans une structure déjà existante. Deux Micro-Folies ont été ouvertes dans l’est du Val-d’Oise :

  • Une première à Villiers-le-Bel , inaugurée en septembre 2018 à la maison Jacques Brel.

    Elle regroupe 4 espaces : un musée numérique, un espace atelier (mini-lab équipé d’imprimantes 3D et d’ordinateurs), un espace scénique et un espace convivial.

  • Une seconde à Gonesse , inaugurée en septembre 2019 au centre socioculturel Louis Aragon.

    Elle regroupe aussi 4 espaces : un musée numérique, un espace de réalité virtuelle, un espace atelier (mini-lab équipé d’imprimantes 3D, d’une machine de flocage et d’une machine à broder numérique) et un espace dédié à l’organisation d’activités, expositions d’art, spectacles et concerts.

La Micro-Folie est avant tout un lieu de vie, de convivialité et d’échanges. En lien avec les structures culturelles et les associations locales, de nombreuses activités y sont donc tout naturellement proposées aux enfants et aux familles.

Pour en savoir plus

« Culture et lien social » : un appel à projets structurants porté par la DRAC

Chaque année, la Direction régionale des affaires culturelles (DRACdirection régionale des affaires culturelles) Ile-de-France lance un appel à projets « Culture et lien social » à destination de l’action culturelle dans les quartiers prioritaires.

En 2020, 9 projets de grande qualité ont été retenus pour les quartiers prioritaires du Val-d’Oise :

  • Man Drake à Garges-lès-Gonesse
  • Mouv’Matik à Pontoise
  • La Fine Compagnie à Ermont
  • Acta à Villiers-le-Bel
  • Théâtre du Néon à Argenteuil
  • Les Ateliers arrosés dans le cadre d’un parcours de street-art à Saint-Ouen-l’Aumône
  • Nil Admirari à Pontoise, Eragny et Saint-Ouen-l’Aumône
  • La louve aimantée à la Micro-Folie de Villiers-le-Bel
  • L’art tôt à Villiers-le-Bel

Le soutien aux médias de proximité pour permettre l’expression citoyenne

Accompagner les médias de proximité dans leur pluralité de supports, c’est permettre aux citoyens des quartiers de la politique de la ville de prendre la parole et de promouvoir leurs actions. Tous les supports sont encouragés : radios et TV locales, web, médias en ligne, journaux de quartiers, blogs, plateformes numériques…

Ils ont pour fonction de favoriser la liberté d’expression dans les territoires de la politique de la ville, en permettant l’émergence de médias prenant en compte les spécificités de ces territoires. A la fois informateurs, animateurs de développement local et acteurs de la citoyenneté, ces médias ont pour objectif de changer les représentations attachées aux quartiers populaires et de traduire la réalité de la vie des quartiers.

Urban Street Reporters : donner un espace d’expression à la jeunesse des quartiers

Urban Street Reporters est un média citoyen et collaboratif créé en 2016 par l’association Espoir et Création, à Garges-lès-Gonesse. Son objectif : donner la parole aux jeunes, mais aussi à toutes celles et ceux qui veulent mettre leur réalité quotidienne en lumière et valoriser les quartiers populaires.

Qu’ils soient au collège, au lycée, à la fac, en service civique ou autre, les « jeunes d’Urban Street Reporters » contribuent à l’évolution de ce média en écrivant des articles, en réalisant des interviews, mais aussi en participant à l’ensemble des vidéos du média à plusieurs niveaux. Ceci afin de retranscrire de manière intègre l’aspect réel de leur quartier et de leur quotidien.

Une équipe encadrante composée de journalistes, réalisateurs, cinéastes, photographes, dessinateurs locaux accompagne les jeunes dans la création de contenus, accessibles sur le site Internet du média et sur les réseaux sociaux.

Urban Street Reporters se diversifie et a également lancé, début 2020, le podcast « Radio 4/quart » qui réunit un animateur et des chroniqueurs du quartier pour discuter de thèmes en rapport avec l’actualité.

Enfin, les nombreuses rencontres organisées par Urban Street Reporters entre jeunes et professionnels de différents milieux participent à la création de vocations et à la découverte de nouveaux modèles de réussite.

Pour en savoir plus