Projet d'aménagement de forêt de la Plaine de Pierrelaye

 
Projet d'aménagement de forêt de la Plaine de Pierrelaye

Des arrêtés concernant l'autorisation de pénétrer et d'occuper des parcelles privées ont été signés le 23/6/2020 :


Une enquête publique unique portant sur la déclaration d'utilité publique du projet d'aménagement forestier, valant mise en compatibilité des documents d'urbanisme de Bessancourt, Frépillon, Pierrelaye, Méry-sur-Oise, St-Ouen-l'Aumône et une enquête parcellaire préalable à la cessibilité des terrains nécessaires à l'aménagement dudit projet sur les communes de Bessancourt, Frépillon, Méry-sur-Oise, St-Ouen-l'Aumône et Taverny ont été organisées du mercredi 05 juin 2019 au vendredi 05 juillet 2019 inclus.

Consultez :

Outre les traditionnels registres ouverts dans les mairies concernées et au SMAPP , vous pouvez déposer vos observations sur le registre dématérialisé mis à votre disposition sur l'adresse mail suivante : foret-plaine-de-pierrelayebessancourt@enquetepublique.net

Consultez les annexes et les réponses apportées par le SMAPP au commissaire enquêteur :

Consultez :


Historique :

La plaine, dite de Pierrelaye-Bessancourt, est une plaine agricole, d'environ 2 000 ha, qui s'étend sur 7 communes (Bessancourt, Frépillon, Herblay, Méry sur Oise, Pierrelaye, St Ouen l’Aumône et Taverny) comprises dans 3 intercommunalités (Val Parisis, Cergy Pontoise et Vallée de l'Oise et des 3 forêts).

Elle est située entre deux bassins urbains; la vallée de Montmorency à l'est et Cergy Pontoise à l'ouest; et s’inscrit dans la ceinture verte de la Région Île-de-France.

Elle est aujourd’hui concernée par un projet d'aménagement forestier d'environ 1350ha.

Autrefois boisé, ce territoire est devenu à la fin du 19ᵉ siècle une zone d'épandage d'eaux usées où s'est développée une activité maraîchère qui s'est intensifiée jusqu'à la fin du 20ᵉ siècle.

En 1992, dans le cadre de l'application de la loi dite "loi sur l'eau" sur le rejet des eaux usées brutes dans le milieu naturel, des études sont réalisées et révèlent une pollution des sols aux métaux lourds. L'agriculture destinée à l'alimentation humaine est alors interdite remettant en cause les pratiques d'épandage et de maraîchage. Les grandes cultures sont toutefois autorisées sous condition qu’elles ne soient pas destinées à la consommation humaine.

Dans un contexte économique fragile et nécessitant des aides spécifiques, ces espaces sont remis en cause; et les acteurs politiques, institutionnels et agricoles se mobilisent pour faire émerger une vocation nouvelle à cette plaine.

En 2009, la DDT95 en partenariat avec le Conseil départemental du Val d'Oise lancent une étude visant à élaborer un schéma d'aménagement prenant en compte l'évolution de l'activité agricole, les possibilités de boisement de la plaine et la restructuration des franges urbaines.

Au terme de cette étude et du séminaire scientifique présidé par le Préfet du Val d'Oise, et sur les conclusions des études environnementales et sanitaires menées sur la plaine depuis plus de 15 ans, le projet de créer une forêt fait consensus chez tous les acteurs du territoire.

En parallèle, le président de la république Nicolas SARKOZY déclare dans son projet du Grand Paris "la proposition de planter une forêt d'un million d'arbres".

Le conseil des ministres du 06 avril 2011 inscrit le projet de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt dans le Grand Paris: "la nouvelle forêt contribuera à faire du Grand Paris un modèle de métropole durable, et participera à la lutte contre le réchauffement climatique. Elle constituera un maillon de la ceinture verte de l’Île de France entre les forêts domaniales de St Germain en Laye (Yvelines) et de Montmorency (Val d'Oise). Aux franges de la forêt seront construits près de 8 000 logements".

En février 2012, le projet de la plaine de Pierrelaye Bessancourt reçoit officiellement le label Grand Paris.

En mars 2014, les collectivités territoriales (communes, intercommunalités, département, région) créent un syndicat mixte d'aménagement de la plaine de Pierrelaye (SMAPP) afin d'asseoir la gouvernance du projet pour poursuivre la faisabilité du projet de forêt et en assurer la maîtrise d'ouvrage.

En 2015, le schéma d'aménagement forestier de la plaine est élaboré dans un objectif de requalification et de renaturation de la plaine. Il s'inscrit dans une logique d'aménagement régional, où la forêt valorisera de façon durable la plaine et affirmera son rôle naturel et écologique, en proposant un nouveau poumon vert aux franciliens tout en construisant une image positive du territoire.