Actualités

2,1 M€ pour l’aide alimentaire et les besoins de première nécessité des personnes vulnérables

 
 
2,1 M€  pour l’aide alimentaire et  les besoins de première nécessité des personnes vulnérables

La crise sanitaire produit des impacts sociaux très importants dans le Val-d’Oise compte tenu de ses fragilités, avec un taux de pauvreté de près de 17 % et 207 000 personnes résidant en quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). C’est pourquoi le Val-d’Oise fait partie des territoires ciblés par les aides aux familles en difficulté annoncés par le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, et la secrétaire d’État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, Christelle Dubos, le 23 avril dernier.

La première urgence a été la mise à l’abri et le soutien aux sans-domiciles fixes et familles hébergées.

Les services de l’État, avec l’appui des collectivités et des acteurs associatifs, ont assuré des mises à l’abri et des hébergements systématiques pour tous les publics à la rue ou qui appellent le 115. Depuis le 17 mars, 620 places supplémentaires ont été ouvertes dans des hôtels et près de 11 000 personnes sont mises à l’abri chaque soir dans le Val-d’Oise.

Dans le secteur de l’hébergement et des campements, l’aide alimentaire est apportée par le ministère chargé de la Ville et du Logement à travers des tickets service destinés aux ménages prise en charge dans le dispositif de l’hébergement d’urgence (11 000 personnes) et aux publics vivant dans les campements et bidonvilles (environ 1000 personnes dont un tiers d’enfants). Ces tickets service, d’une valeur de 3 euros cinquante par personne et par jour, permettent d’acheter des produits alimentaires ou de première nécessité. Depuis le début du confinement, la dotation pour le Val-d’Oise, deuxième d’Île-de-France par son montant, s’élève ainsi à 1 151 490 €. Le département bénéficie du doublement des tickets service distribués aux personnes les plus fragiles décidés par le ministre pour l’Île-de-France.

Le gouvernement met en place un plan d’urgence pour l’aide alimentaire en faveur des familles modestes.

Le plan annoncé par les ministres le 23 avril dernier, pour 39 millions d’euros d’engagements financiers de l’État, comprend un soutien aux associations de l’aide alimentaire pour 25 millions et un soutien renforcé à certains territoires vulnérables pour 14 millions d’euros. A ce titre, le département du Val-d’Oise, à l’instar des Outre-mer et de cinq autres départements de métropoles, bénéficie d’une aide exceptionnelle de 945 000  en tickets service pour l’achat de produits alimentaires et de première nécessité, pour 9000 personnes sur les 30 prochains jours. Cette aide sera répartie auprès des antennes du service social départemental du Conseil départemental et des 26 centres communaux d’action sociale des villes comprenant des QPV. Ces villes sont en effet celles affichant le taux de pauvreté le plus important au niveau du Val-d’Oise.

L’ensemble de ces tickets service vient en complémentarité de la collecte et de la distribution des produits alimentaires par les épiceries sociales, les associations caritatives et les partenaires de la « Banque alimentaire ». La fédération régionale de la Banque alimentaire confirme le fonctionnement dans le Val-d’Oise d’une vingtaine d’antennes et associations correctement provisionnées. Dans ce cadre, et afin de consolider cette collecte, la préfecture de la région Île-de-France a mobilisé le secteur de la grande distribution pour voir dans quelle mesure les enseignes et leurs fournisseurs peuvent venir en aide aux associations. Cette filière s’est organisée autour d’une plateforme dématérialisée où peuvent être déposés les besoins.

D’autre part, les ménages bénéficiaires du RSARevenu de solidarité active, de l’ASS ou des APL bénéficieront des aides exceptionnelles versées par la CAF, conformément aux engagements du président de la République en faveur des ménages modestes. Cette aide sera versée le 15 mai et s’élèvera à 150 euros par foyer bénéficiaire du RSARevenu de solidarité active et de l’ASS, et sera complétée de 100 euros par enfant pour les foyers bénéficiaires du RSARevenu de solidarité active, de l’ASS, ainsi que pour les foyers bénéficiaires des APL.

Amaury de Saint-Quentin, préfet du Val-d’Oise, remercie et salue l’engagement des bénévoles et des associations, des communes et du conseil départemental, qui se mobilisent aux côtés de l’État pour apporter une aide alimentaire aux personnes dans le besoin dans cette période de confinement.

 
 

A lire également :